Garçon

Garçon #2 : Est-ce que les hommes doivent accepter leur "part féminine" ou c'est des conneries ?

December 17, 2020 Jeremy Kohlmann Season 1 Episode 2
Garçon
Garçon #2 : Est-ce que les hommes doivent accepter leur "part féminine" ou c'est des conneries ?
Chapters
Garçon
Garçon #2 : Est-ce que les hommes doivent accepter leur "part féminine" ou c'est des conneries ?
Dec 17, 2020 Season 1 Episode 2
Jeremy Kohlmann

Comment est-ce que les énergies masculines et féminines affectent notre propre masculinité ? 

Est-ce que nous avons besoin de ça pour être des hommes accomplis et heureux ? 

Dans cet épisode, je vais t'expliquer cette idée mais surtout, te donner 3 histoires que j'ai moi-même vécu et qui donnent des idées, pour mieux réfléchir le masculin et le féminin  en chacun de nous. 

Tu veux aller plus loin sur le sujet ? 
Tu peux recevoir notre newsletter hebdomadaire ici : http://gar-con.fr 

Me retrouver sur Instagram : https://www.instagram.com/garconpodcast/
Sur Facebook : https://www.facebook.com/garconpodcast

Show Notes Transcript

Comment est-ce que les énergies masculines et féminines affectent notre propre masculinité ? 

Est-ce que nous avons besoin de ça pour être des hommes accomplis et heureux ? 

Dans cet épisode, je vais t'expliquer cette idée mais surtout, te donner 3 histoires que j'ai moi-même vécu et qui donnent des idées, pour mieux réfléchir le masculin et le féminin  en chacun de nous. 

Tu veux aller plus loin sur le sujet ? 
Tu peux recevoir notre newsletter hebdomadaire ici : http://gar-con.fr 

Me retrouver sur Instagram : https://www.instagram.com/garconpodcast/
Sur Facebook : https://www.facebook.com/garconpodcast

Episode #2 : Les hommes n’ont pas besoin d’être enceinte pour accepter leur part féminine 


Dans cet épisode nous allons parler d’énergie féminine et masculine et je vais notamment développer ce qui se passe lorsque le féminin ou le masculin DOMINE une personne et devient toxique.

Mais d’abord 

Un disclaimer avant de commencer : 

J’ai eu de TRES nombreuses réactions suite au premier épisode. 

Des messages merveilleux, des messages plus haineux, des messages neutres. 

Je voudrais clarifier ici, et ce sera la seule fois, mon intention : 

Je parle de ce que je connais, de ce que je vis, de ce que j’aurais aimé qu’on me dise plus jeune sur ma place d’homme et comment je pouvais le devenir de façon saine. 

Je suis un homme blanc, hétéro, cisgenre et tout le symbole du patriarcat et de l’oppression moderne. 

Je ne parlerai donc pas de ce que je ne connais pas. 
Je ne parlerai pas d’homosexualité, pas de trans, pas de sujets que je ne maitrise pas. 


Je suis parallèlement ravi de recevoir ici, des personnes qui voudront en parler avec moi et donner LEUR avis sur la masculinité les concernant. 

Si je suis bienveillant, je suis aussi humain, et je ne tolèrerai aucune agression. 
Je n’ai aucunement peur de réagir à la violence par la même énergie, si cela devenait nécessaire. 

Je pense qu’internet a cassé quelque chose aujourd’hui dans nos cerveaux, et beaucoup trop pensent avoir le droit d’être agressif sur internet, sans prendre une patate dans les dents. 

Ne crois pas que parce que je médite, et que je parle de mes sentiments, je ne suis pas capable de t’enterrer dans un trou en forêt. 

Ceci étant dit… notre sujet du jour, c’est l’énergie masculine et féminine ! 

Alors parlons-en… 




Introduction : 

Nous avons tous en nous du masculin et du féminin ; aussi appelés Yin et Yang.

L’énergie féminine ou yin est l’énergie de l’introspection, de la créativité, de la fertilité, de la douceur, de la sensibilité, de l’intuition. Elle se dirige vers l’intérieur et est associée au spirituel.

Quant à l’énergie masculine ou yang, dirigée vers l’extérieur, elle nous permet le passage à l’action au dépassement. C’est une énergie cartésienne et stratégique.

Le merdier c’est que dans nos sociétés occidentales (encore une fois je ne parle que de ce que je connais) ; ces deux énergies s’affrontent et se dominent, ce qui fout un sacré bordel. 

Hors, nos comportements sont programmés en partie par cela. 
Je sais que tu voudrais croire, et moi aussi, que nous avons un libre arbitre. 
C’est sexy de se dire que nous sommes maitres de nos choix. 

Mais pas du tout. 

Nous sommes conditionnés par : 

Notre capacité à utiliser le masculin et le féminin en nous (ce que nous allons voir dans cet épisode) 

Ce que j’appelle l’identification au mental ; ou la petite histoire que je me raconte sur qui je suis et quelles sont mes blessures (et ça on en parlera une prochaine fois) 

Mais aussi tous les mécanismes de mon cerveau qui me dépassent, et que mon cerveau utilise pour me préserver de la mort puisqu’il n’a pas évolué depuis les tigres à dent de sabre.

Hors, pour ton cerveau préhistorique, ce qui est nouveau est Mortel, ce sur quoi tu dois réfléchir peut te tuer, et toute situation que tu ne peux pas comprendre et prévoir en 1 min, peut cacher un truc carnivore plus gros que toi. 

Le monde a changé depuis…. Mais pas notre cerveau ! 

Mais fermons cette parenthèse.

Aujourd’hui je veux surtout parler avec toi de Masculin et de féminin et de comment ils dominent nos interactions ; et nous empêchent d’être des hommes accomplis dans notre masculinité. 

////

Je vais te donner aujourd’hui 3 outils, 3 clés,  qui te permettront de mieux équilibrer ton masculin et ton féminin et qui t’aideront à ne pas te laisser dominer par ça, dans ton « rôle » d’homme, d’humain, de mâle; de mec, ou tout autre connerie qu’on t’a imposé ou que tu t’es imposé. 

Mais avant ça… 

Laisse moi te raconter une histoire. 

Je suis entrepreneur sur internet depuis plus de 10 ans ; c’est une très forte part de mon identité ; c’est souvent la première chose que je dis quand on me demande de me présenter. 

Seulement les névroses de l’entrepreneur deviennent vite celles de l’entreprise (c’est pas de moi, mais cette phrase est brillante) 

Quand j’ai lancé l’un de mes derniers Business ; je pense que mon masculin et mon féminin n’avaient jamais été aussi déséquilibrés ! 

J’étais dans le FAIRE. 

Je devais abattre beaucoup de travail, toujours en faire plus, travailler dur, être dans le sacrifice et la douleur. 

12h par jour sinon culpabilité. 

Jamais prendre 1 minute pour rire ou créer, kiffer. 

J’étais dans le sacrifice, la difficulté, je voulais montrer que moi être bonhomme entrepreneur dur qui travaille fort pour réussir. 

Spoiler : ça ne marche pas du tout. 

A cette époque je suis allé voir une coach ; parce que je ne m’en sortais pas. 

Je bousillais toute ma vie à essayer de passer en force chaque épreuve au lieu d’utiliser autre chose que j’avais déjà en moi. 

Elle m’a parlé de kiffe, de plaisir, de joie, de créativité - et m’a surtout dit que j’avais des choses à accepter en moi pour réussir. 

Elle a soigné ma relation avec l’argent, avec mon père ; et avec bien d’autres choses. 

15 jours après, mon entreprise faisait 70 000 euros de Chiffres d’affaires en 3 mois. 

Elle avait mis le Doigt sur quelque chose… et moi aussi. 

Ça a été ma première expérience avec les polarités en moi.

Et voici le premier outil que je veux te donner : 


Quand tu butes sur quelque chose que tu veux obtenir, que ce soit dans tes relations avec les autres, dans ton métier, dans un projet qui te tient à coeur ; nous avons la fâcheuse tendance en tant qu’homme à vouloir passer en force. 

A y aller avec violence, à en faire plus, à en faire trop, et à s’énerver quand ça ne marche pas. 

Oui l’énergie masculine en toi est stratégique, opérationnelle et tout, mais ça ne suffit pas. 

Tu as aussi besoin de créativité, de joie, et de beaucoup d’autres choses qui te permettent d’avoir les résultats que tu veux.

Alors la prochaine fois arrête tout. Mets sur pause ta vie. 

Prends quelques minutes et vas marcher, vas faire quelque chose que tu kiffes et qui n’a aucun enjeu, vas boire une bière ou une tisane avec un ou une amie. 

Vas faire un sport plaisir ; peints, fais des gaufres, des compositions florales ou vas faire la bagarre pour de faux dans un ring de boxe. 

Fais ce que tu veux. 

Mais fais quelque chose SANS ENJEU. 

Et pendant tout ce temps, ne pense plus à l’autre situation. 

Bien souvent la solution arrivera parce que tu auras réconcilier deux choses en toi.



Et avant de te parler d’un deuxième outil que tu peux utiliser.

Je voudrais te raconter une nouvelle histoire. 

Pendant toute mon enfance, et jusque tard dans mes relations - j’étais pas vraiment le mec qui chopait hein, on va pas se mentir. 

Je fréquentais les mecs qui sortaient avec toutes les filles. 
Je connaissais toutes les filles. 

Mais elles me voyaient comme leur meilleur copine et pas comme un mec avec qui elles voulaient… DORMIR. 

Face à ce constat, il y a plusieurs réactions possibles…

La mienne au premier abord : ma maman elle m’a dit que j’étais un garçon bien et les filles elles comprennent pas;, snif c’est des méchantes et les autres garçons les manipulent.

(Ça m’a amené au développement personnel, et à chercher à devenir plus séduisant, ça aurait pu m’amener autre part comme chez les incel / redpill et autres mecs frustrés pas finis qui font des défis sur internet puis veulent se venger des femmes, ces oppresseurs suprême… HAHA)

J’aurais aussi pu, si j’avais été moins jeune ou que l’on m’avait appris, que l’on m’avait mis un podcast comme ça dans les mains ; me dire la chose suivante : 

J’ai peur de ma masculinité viril parce que je ne me reconnais pas dedans, donc je fais preuve de trop de féminin dans mes rapports de séduction ; ou du moins dans ce que je pense à ce moment être du féminin, et donc ce n’est pas séduisant. 

AH. Ça m’aurait aidé ça ! 

Quand à 16-17 ans j’ai compris que les filles c’était pas des petites choses fragiles qu’il fallait préserver comme des petites fleurs , mais des humains qui potentiellement avaient encore plus envie de baiser et d’être acceptées que moi ; ça m’a fait drôle. 

J’avais peur de ma masculinité, j’avais peur de la force tranquille en moi ; personne ne m’a jamais appris à la comprendre et la maitriser. 

Alors voici ce que je voudrais dire au garçon que j’étais, à celui qui écoute ou à celui qui écoutera : 

La part masculine en toi ne fait pas de toi une mauvaise personne. 
Tu as des désirs des envie, des plans pour ta vie ; et tu as le droit de les manifester avec conviction ; ça ne fait pas de toi Harvey Weinstein. 

Tu as aussi le droit de ne pas être un gros lourdeaud quand tu utilises ton masculin.

Et crois moi que les filles vont t’adorer si tu sais être une force tranquille, qui assume ce qu’elle veut et désire, sans être un emmerdeur qui les siffle dans la rue. 

Le féminin aime être séduit par le masculin. 

Simplement pas n’importe comment ; c’est pas le marché aux bestiaux ici. 

1 règle ici : arrête de demander l’avis de tes copains et copines. 

Ils ne savent pas eux-même ce qu’ils veulent la plupart du temps ; et donc te donnent des conseils qui ont plus à avoir avec l’image qu’ils pensent avoir d’eux, qu’avec leur réalité.

Tu veux des conseilles séduction ? 

Demande à internet et à des gens dont c’est le métier. 



Avant de finir avec un dernier conseil, je voudrais te raconter une dernière histoire…, 

Est-ce que tu as déjà rencontré des personnes pour qui l’argent n’est pas un sujet ? 

On dirait qu’ils savent toujours ou en trouver, en fabriquer, en attirer. 

Ce sont des aimants. 

Genre ça énerve même… 

J’ai longtemps pensé que ces personnes avaient tout un tas de raisons que je n’avais pas pour réussir, et que si je n’y arrivais pas c’est parce que.. BLA BLA, insérer ici l’excuse choisie.


Et des entrepreneurs j’en rencontre des tas, c’est mon métier, je les aide à trouver des clients. 

Globalement, j’ai rencontré 3 types d’entrepreneurs…. 

Mais tu verras les mêmes personnes dans la vie de tous les jours, au travail dans ton entreprise, dans tes relations etc… 

Je trouve juste que les entrepreneurs et l’argent sont très parlants.


Il y a ceux qui ont une énergie masculine qui les domine : FAIRE FAIRE FAIRE, moi travail difficile grrr, moi travailler dur, moi réfléchir rationnel comme CROMAGNON. 

Ces personnes ont parfois des résultats et de l’argent, mais elles s’épuisent, et finissent malade ou abandonnent en burn-out 

Malheureusement c’est aussi ce que notre société valorise : travailler dur pour réussir. 
Vas dire ça aux infirmières en première ligne COVID, on verra si elles ressentent l’abondance financière en elles. 


Ensuite tu as les dominantes énergie féminine : Je les appelle les Pimprenelle moi. 

Ça s’assoit en tailleurs et ça chante des chansons avec des cristaux de roche pour attirer la joie et l’argent MAIS, ça ne fait jamais rien.

Pas de plan, pas de marketing, pas de vente, pas de business. 
Surtout rien faire.
Faut attendre que grand mère feuillage apporte la réussite. 

Evidemment ces personnes vivent dans le rêve permanent et rien n’arrive jamais… 


Et enfin, il y a les personnes qui ont réussi à s’équilibrer… 

Elles rêvent un plan, le ressentent, vibrent, vivent en avance la joie de la réussite et laisse émerger la créativité en elles…

Puis elles font un plan stratégique opérationnelles, définissent des actions, et se mettent au boulot. 

Souvent ces personnes s’arrêtent, prennent un moment pour elles, et reviennent à une action stable et solide. 

Ces personnes ont une réussite qui frôle l’insolence ! 

POURQUOI ? 

Parce que dans tous les éléments de ta vie..  c’est la réconciliation de ton masculin et de ton féminin qui fera de toi une personne accomplie. 

C’est en équilibrant et en jouant avec ces deux choses en toi que tu pourras devenir un homme, un humain, une personne heureuse. 


////


Conclusion : 

Si je devais résumer tout ce qu’on s’est dit jusque’à maintenant en quelques lignes, je commencerais par rappeler un point important. 

Toutes ces notions d’énergie, d’univers, de destin… c’est un choix de croyance. 

Tout le monde a le droit d’embrasser ça, tout le monde à le droit de le nier, chacun fait ce qu’il veut. 

Tu peux appeler ça Dieu, l’univers, l’énergie, le destin, les forces de l’inconscient, ou encore parler simplement de biais cognitifs. 

Ça pourrait d’ailleurs même être de la magie, c’est pas à moi de le dire : de toute façon, les trucs magiques, c’est simplement de la science qu’on a pas encore compris. 

Quand je parles d’énergie ici, je pourrais aussi bien parler de comportement, de tempérament, de tendance humaine. 

L’énergie masculine, le masculin ; par essence ou par acquisition culturelle ; c’est la force, le FAIRE, aller chercher, produire, fabriquer. C’est dure. 

Donc quand c’est toxique ? C’est tout ce que l’on dénonce ici. 

Quand c’est sain, c’est une force tranquille. 

L’énergie féminine est douce, créatrice, stimulante, elle reçoit, elle attire. 

Quand c’est cliché et toxique, c’est pimprenelle qui incante les cristaux du soleil de Jupiter pour réussir dans la vie ; mais qui ne fait rien (par manque de masculin en elle justement)

Quand c’est sain : c’est une énergie de la création. 

Comme une femme qui se bat contre les diktats de la société et devient chef d’entreprise. 
Comme une femme qui crée la vie. 
Et comme beaucoup de choses dont je suis bien mal placé pour parler. 

Nous avons CHACUN du masculin et du féminin en nous ; seulement la société nous pousse à en taire un au profit de l’autre. 

Et bien souvent.. ce n’est pas celui qu’on croit qui nous manque le plus. 

Par exemple, c’est parce que j’ai peur de mon masculin et de sa violence qu’il me domine parfois, et m’emmène dans ce qu’il y a de plus sombre en moi. 

Dans tous les cas - c’est un équilibre à trouver, et un chemin à concevoir chaque jour. 

Ce que tu peux faire aujourd’hui pour UTILISER ce que tu as entendu dans ce podcast ? 

Prends une feuille et un stylo puis demande toi : 

Est-ce que j’ai tendance plutôt à en faire TROP sans plaisir et sans joie ? 

J’ai peut être trop de masculin. 

Et si demain, je prenais juste du plaisir dans quelque chose sans finalité ? 


Est-ce que j’ai tendance à papillonner et à vouloir que tout vienne à moi sans me mettre en action ? 

J’ai peut être trop de féminin qui crée un déséquilibre. 


Quelle action je peux faire MAINTENANT et qui m’amène vers mon objectif ? 


J’aimerais que la masculinité prenne cela en compte. 

Et pourquoi pas, cela pourrait nous aider à séduire, à plaire, à toucher les autres d’une façon nouvelle et bien plus saine.

Mais ça… 

Ce sera pour la semaine prochaine.